Clan Ginnalka

Clan Ginnalka
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Les humains

Aller en bas 
AuteurMessage
crin-noir

avatar

Nombre de messages : 456
Age : 36
Localisation : Dijon
Date d'inscription : 16/05/2008

Feuille de personnage
Pseudo:
Level:
80/80  (80/80)
Classe: Chaman

MessageSujet: Les humains   Ven 19 Sep - 18:53

A) Généralités :
A la différence des autres peuples, l'apparence des humains est extrêmement variée. Certains sont blonds, d'autres bruns, certains font deux mètres, d'autres un mètre cinquante, etc. Barbus, moustachus, chauves, yeux de toutes les couleurs, gros, minces, il y a de tout. Ce n'est pas comme un nain, qui ressemble physiquement beaucoup à un autre nain. Ils ne sont pas physiquement impressionnants, contrairement aux sauvages elfes de la nuit ou aux irréductibles nains (sans parler des colosses de la Horde). Et ils vivent très peu de temps, un siècle au maximum. Ils sont aussi très nombreux. Pour ne donner qu'un exemple, il y a 200 000 humains à Hurlevent, et à peine 15 000 elfes à Darnassus (et à peu près autant d'orcs à Orgrimmar). Tout le monde pense que les humains sont une race jeune et manquant d'expérience. C'est à la fois vrai et faux. Les humains sont aussi anciens que les taurens, et plus que les elfes. Mais ce qui est vrai c'est qu'elle manque d'expérience, par rapport aux autres habitants du monde. Tous les siècles environ les humains meurent et donc l'expérience à laquelle ils sont arrivés se perd. Bien sûr la plupart des humains transmettent des bribes de leur savoir à leurs descendants. Mais jamais la totalité. Et pourtant ce savoir est très loin d'être négligeable. Là où les autres échouent les humains accomplissent généralement de grandes choses. Leur expérience, bien que différente de celle des races qui vivent plus longtemps, est donc incroyablement riche.

Ils sont unis par leur histoire et leur langue, mais il y a tellement de différences entre les humains qu'ils passent leur temps à se tirer dans les pattes. On ne compte plus les combats futiles chez les humains. C'est probablement leur faiblesse la plus importante vis-à-vis des autres races, celle qui les empêche d'être les seigneurs du monde, alors que ce sont eux les plus capables de l'être. Les humains ont tendance à devenir chefs dès qu'ils en ont l'occasion, et le pouvoir qu'ils obtiennent ils l'exercent. Depuis toujours ils sont craints à la fois de leurs alliés et de leurs ennemis. La noblesse est une notion très importante chez les humains. Elle va avec le pouvoir, et il n'y a rien que les humains valorisent plus que le pouvoir. Certains peuples souhaitent la sagesse, pas les humains. Même si certains humains peuvent se rapprocher de la recherche de spiritualité des druides, par exemple, au fond d'eux il y a toujours une étincelle de violence qui risque à tout moment de les faire basculer. Que ce soit à cause ou grâce à leurs faiblesses physiques, ils sont tous extrêmement actifs et volontaires, par rapport aux races plus anciennes. Ils veulent tout et ils font ce qu'il faut pour l'obtenir maintenant.

Les humains aiment avoir des héros. Je ne dit pas que Uther, Medivh, Jaina, Arthas et les autres ne sont pas des héros, mais le sont-ils vraiment plus que les non-humains qui ont aussi fait l'histoire ? Il y a aussi d'autres races qui travaillent, vivent et rendent des choses possibles dans ce monde. Mais qui se soucie d'actions si ordinaires ? C'est un défaut des humains : leur arrogance. C'est vrai que les humains réussissent en dix ans là où les autres races échouent après des siècles de travail. Ils font tout mieux que les autres et pour eux ils sont donc les seuls importants. Etre arrogant ne rend pas populaire, c'est évident. Nains et gnomes le vivent bien, mais c'est plus difficile avec les elfes (surtout les elfes de la nuit) et pire encore avec les autres humains. Pourtant ce qu'aiment les humains c'est réussir : une fois qu'ils ont réussi ils font bénéficier leurs voisins de leur succès, ce qui éteint souvent les tensions naissantes. Et surtout ils maîtrisent l'art de la négociation. Leurs talents diplomatiques sont tout simplement extraordinaires : des humains peuvent convaincre à peu près n'importe qui d'à peu près n'importe quoi. C'est un peuple vraiment complexe. A la fois amical et horripilant, altruiste et égoïste, raffiné et barbare, les humains sont un des peuples les plus étonnants que l'on puisse étudier.

B) Histoire :
L'aube des temps
Comme on l'a vu, les humains sont une race jeune sans être une race récente. Leur histoire complète occuperait des bibliothèques entières. Mais seules quelques informations ont survécu à la mort des témoins. Il y a de cela environ 20 000 ans, les humains étaient appelés les Azotha. Ils sont apparus dans les jungles du Sud-est de Kalimdor (l'actuelle vallée de Strangleronce) et y ont fondé une société tribale. Bien qu'intelligents et relativement habiles, les Azotha furent vaincus par les trolls du puissant empire Gurubashi. Les trolls proposèrent aux vaincus de devenir des serviteurs de l'empire, pour y vivre. Les humains devinrent des citoyens de l'empire Gurubashi et leurs guerriers furent de toutes les batailles de l'empire, que ce soit contre les Qiraji, les elfes de la nuit ou même les trolls des forêts. Quand la légion ardente tenta d'envahir le monde, humains et trolls se battaient contre l'empire des elfes de la nuit, et ils étaient en train de perdre. Les elfes contrôlaient déjà tout l'ouest de Kalimdor. Mais les démons avaient été invoqués par la reine des elfes de la nuit, et ils commencèrent par tenter de purger les elfes, laissant les trolls et les humains relativement tranquilles. Ces derniers décidèrent de ne pas intervenir dans ce qu'ils considéraient comme une guerre civile. Les elfes et les démons allaient se neutraliser mutuellement, et les survivants seraient des proies faciles. Ce que personne n'avait prévu c'est qu'à la fin de la guerre le monde tout entier fut bouleversé par la grande fracture. Kalimdor se divisa en plusieurs îles, et il n'était plus question de faire la guerre.

Le grand exil
L'empire Gurubashi était déjà très affaibli, à cause des elfes, et la grande fracture acheva de le détruire. C'était le chaos un peu partout, et parmi les humains certains voulurent partir. Les trolls rescapés de l'empire étaient devenus violents et ils humiliaient leurs anciens alliés, les considérant comme des esclaves. Bien sûr il y eut des rebellions, mais les trolls étaient encore forts. Après deux siècles d'humiliations les humains finirent par gagner le droit de quitter Strangleronce, pour trouver une terre qui soit la leur. Ils passèrent les siècles qui ont suivi à explorer les royaumes de l'Est, passant des années là et d'autres ailleurs. Au début ils n'allèrent pas très loin de leur terre natale. Sitôt les frontières de Strangleronce passées, les humains vécurent en nomades sur les terres actuellement nommées en leur honneur (Hurlevent et ses protectorats). Ils voulaient aller plus au nord encore, mais un puissant royaume de trolls des glaces les empêcha de continuer. Malgré des années de guerre les humains étaient bloqués. Ce n'est qu'après plusieurs siècles de guerre que les humains construisirent leurs premiers navires et contournèrent leur ennemi. Ils débarquèrent alors dans ce qui est aujourd'hui Lordaeron.

Débuts de la civilisation
Il y a huit mille ans environ, les Azotha s'éparpillèrent sur les terres du Nord, sur la terre qu'ils cherchaient à travers les royaumes depuis de nombreux siècles. Mais ils étaient désormais sur le domaine des trolls des forêts, et ces derniers, aussi barbares que leurs cousins du Sud, ne voulaient pas d'eux. Des raids meurtriers commencèrent. Heureusement pour les humains les trolls se contentèrent de raids, et n'envoyèrent pas toute leur armée pour une campagne d'extermination massive des humains. Les humains doivent sans doute beaucoup à la venue d'autres ennemis des trolls, les elfes. Les trolls haïssaient les elfes et laissèrent les humains en paix pour pouvoir se concentrer sur leurs ennemis jurés. Pendant quatre mille ans les tribus humaines vécurent chacune de leur côté, chacune sur son propre territoire et ayant peu de contacts avec les autres.

Guerres trolles
Au Nord les trolls et les elfes se livraient à une guerre terrible et sanglante, mais pour les humains rien ne changea jusqu'à Thoradin. C'était le chef de la tribu des Arathi, une des plus puissantes tribus. Conscient de la faiblesse des humains s'ils étaient encore isolés quand les trolls auraient massacré les elfes, il fit la guerre aux autres tribus humaines, et agrandit sa propre tribu. Quand les tribus furent toutes vaincues, six ans après le début de sa campagne, Thoradin fonda l'empire d'Arathor, et devint le premier empereur. Il était temps, car les trolls en avaient presque fini avec les elfes, mais le nouvel et puissant empire ne bougea pas. Les humains refusaient de mourrir pour aider des elfes. Alors que Thoradin et ses généraux faisaient des plans pour attaquer les trolls, alors occuppés à massacrer les derniers elfes, un de ces elfes se présenta à Strom, la capitale de l'empire. L'émissaire supplia qu'Arathor vienne les sauver. Les elfes étaient prêts à enseigner la magie aux humains s'ils intervenaient. Thoradin ne voyait aucun intérêt à la magie, mais il accepta tout de même. Cent sujets d'Arathor suivirent les enseignements des elfes, et ils devinrent les premiers mages humains. Les armées humaines partirent alors pour le Nord, et tombèrent sur les trolls par surprise. Les deux armées étaient immenses, et la bataille dura plusieurs jours avant que les elfes décident qu'il était temps d'intervenir. Elfes et humains semèrent la panique chez les trolls des forêts, qui furent forcés de se cacher et dont l'empire ne se releva jamais.

L'empire
Soulagés et victorieux, les elfes jurèrent allégeance à Thoradin et à ses descendants, avant de se retirer dans leur forêt. Les deux races entretiennent depuis de bonnes relations. Après la mort des mages originels de l'empire, leurs disciples partirent fonder la ville de Dalaran. Ne connaissant pas les limites de leur magie, ils l'utilisaient sans prendre aucune précaution. Et de la même façon que les elfes des temps anciens, les humains attirèrent des démons à Dalaran, sans pouvoir les chasser seuls. Ce sont les elfes qui ont chassé les démons et étouffé l'affaire. Pour éviter que ça ne se reproduise, l'ordre de Tirisfal fut fondé. L'ordre était consacré à la destruction des démons, et un de ses membres était choisi pour être le gardien, bourreau et champion de l'ordre. Mais le reste de l'empire humain n'a appris cela que très récemment. A l'époque les humains agrandissaient leur empire : ils avaient découvert la race des nains et se passionnaient pour leurs nouveaux voisins. Il faut dire que les nains avaient battu les trolls des glaces, ceux qui avaient stoppé le grand exil de l'empire des Gurubashi, dans les anciennes chroniques. Les humains étaient impressionnés. Les deux races se découvrirent un grand nombre d'intérêts communs, comme les contes et le commerce, et nouèrent une alliance extrêmement solide. Ensemble ils créèrent les bases de l'Alliance de Lordaeron.
Revenir en haut Aller en bas
crin-noir

avatar

Nombre de messages : 456
Age : 36
Localisation : Dijon
Date d'inscription : 16/05/2008

Feuille de personnage
Pseudo:
Level:
80/80  (80/80)
Classe: Chaman

MessageSujet: Re: Les humains   Ven 19 Sep - 18:54

Les royaumes
L'empire humain continua de prospérer et de s'étendre. Trois autres villes furent fondées : Alterac, Gilneas, et Boralus. En effet les humains cherchaient le changement, et la vieille capitale les étouffait. Les empereurs d'Arathor refusaient cependant de quitter Strom, craignant que ce ne soit la fin de l'empire. Ils se heurtèrent à leurs conseillers, qui suivaient l'avis de la majorité des humains. Ce sont les conseillers qui finirent par gagner. Il y a un peu plus de 1200 ans l'empereur abdiqua, et les humains quittèrent en grand nombre leur vieille capitale. Les conseillers partirent fonder la ville de Lordaeron, sur des ruines elfes. Quelques humains refusèrent de quitter Strom. Guerriers pour la plupart, ils la renommèrent Stromgarde, le rempart de Strom. L'empereur partit quant à lui fonder Hurlevent, dans les territoires où avaient vécu leurs ancêtres, les Azotha. En leur honneur il appela son royaume Azeroth. L'immense empire des humains se divisa en sept royaumes, chacun formé autour des sept grandes villes, et chacun avec sa propre économie et ses propres coutumes. Et peu à peu les liens s'effilochèrent.

Guerre contre les démons
Il y a 10 000 ans la légion ardente a été repoussée lors de la guerre des Anciens. Il y a 2500 ans les mages ont empêché son retour. Mais les démons n'abandonnent pas facilement. Il y a une trentaine d'années ils ont essayé de revenir dans notre monde. Cette fois ils ont pris le contrôle d'un peuple appelé les orcs et ils les ont utilisés pour écraser les peuples d'Azeroth. Le royaume d'Azeroth fut le premier à faire face aux orcs. La guerre a duré des années, mais les rois de la dynastie Wrynn tinrent bon, soutenus par le chevalier Lothar, dernier descendant de l'ancien empereur. Pourtant le roi Llane finit par être assassiné par les orcs, et le chevalier Lothar ordonna l'abandon de la cité et la retraite vers Lordaeron. Les orcs, pas intimidés du tout, pourchassèrent les humains. Les sept royaumes humains, avec le concile des hauts elfes, les rois nains et le peuple gnome, fondèrent l'Alliance de Lordaeron, une organisation militaire dont le but était de vaincre les orcs.

Guerre contre la Horde
La guerre ne commença pas bien du tout. Les trolls des forêts sortirent de leurs cachettes millénaires et s'allièrent aux orcs. Les orcs firent aussi appel aux ogres, et créèrent d'effrayants morts-vivants. La Horde parvint même à imposer sa volonté aux puissants dragons rouges. Les nains furent repoussés sous terre, la plupart des royaumes humains s'effondrèrent, et le royaume des hauts-elfes fut même incendié. Heureusement pour l'Alliance les démons étaient toujours là, et quand ils décidèrent de trahir la Horde, cette dernière se disloqua, avant de remporter une victoire décisive sur l'Alliance. Le chevalier Lothar et le paladin Uther rassemblèrent leurs troupes et repartirent à l'attaque. Ils pourchassèrent les orcs jusqu'à la porte des ténèbres et la fuite de la Horde fut un carnage comme il y en a eu peu dans l'histoire des humains.

Les séparatistes
Après la victoire les humains commencèrent vite à se disputer. Les royaumes de l'est étaient tous en piteux état et les membres de l'Alliance ne voulaient pas payer pour reconstruire ce qui ne leur appartenait pas. Pourtant l'Alliance leva de lourds impôts, pour reconstruire Hurlevent, qui avait été complètement rasée. Le coût des prisons dans lesquelles pourrissaient les orcs était également très élevé. Les elfes prétextèrent que leur pays avait été incendié à cause de la stupide stratégie des humains, et qu'en représailles ils quittaient l'Alliance. Les nains des Hinterlands les suivirent, par amitié. Le royaume de Stromgarde avait été complètement détruit par la guerre, mais tous les fonds étaient destinés à la reconstruction de Hurlevent. Les puissants guerriers, vexés, quittèrent donc l'Alliance. Pendant la guerre le royaume humain d'Alterac avait trahi l'Alliance, et son héritier s'était réfugié en Gilneas. Gilneas devait donc normalement gérer Alterac jusqu'à la majorité de son roi. Mais les autres rois de l'Alliance soupçonnèrent Gilneas de vouloir les gruger, et de tout garder pour lui pour profiter seul des richesses d'Alterac, le seul royaume qui n'avait pas été pillé par la Horde. Gilneas ne reçut rien et quitta aussitôt l'Alliance. Il construisit aussi un immense mur pour empêcher quiconque d'entrer sur son territoire. Cet orgueilleux royaume s'est coupé du monde il y a plus de vingt ans.

Les fidèles
L'Alliance ne survécut que grâce au soutien des riches. Le roi des nains de Khaz Modan ouvrit son coffre-fort, éternellement reconnaissant à l'Alliance d'avoir sauvé son pays des orcs et des démons. Les gnomes, amis et alliés inconditionnels des nains de Khaz Modan, restèrent aussi. Quatre royaumes humains furent loyaux à l'Alliance. Lordaeron, le dernier royaume humain vraiment puissant, était resté intouché par la guerre, et dans les faits il était le chef. Il resta donc. Azeroth avait été vaincu et pillé, mais l'Alliance avait payé la plupart des réparations, et les richesses naturelles de la région poussèrent les habitants à l'optimisme, et à et une gratitude envers Lordaeron : eux aussi restèrent dans l'Alliance. Les marchands de Kul Tiras avaient vu leur terre natale ravagée par les orcs et les dragons, mais leur roi était un ami du roi de Lordaeron, et son empire commercial était quasiment intact, alors il resta. Enfin, les sorciers de Dalaran, des gens assez mystérieux et aux raisons parfois incompréhensibles, choisirent de soutenir l'Alliance. Dalaran avait également été rasée et le pays était détruit, comme la plupart des autres royaumes.

Retour des démons
La légion ardente n'avait pas abandonné son espoir de détruire le monde. Avec les orcs elle avait presque réussi, et quinze ans plus tard elle utilisa le Fléau (des morts-vivants, censés être plus dociles que les orcs). A partir de leur base en Norfendre, les démons mirent au point une maladie qui changeait les êtres vivants en mort-vivants. Et il y a cinq ans ils commencèrent à la répandre en Lordaeron. C'est à ce moment que les orcs se rebellèrent et s'évadèrent de leurs prisons avant de voler des navires. Thrall, leur chef, avait reçu l'avertissement qu'il était impossible de gagner face au Fléau. L'Alliance aussi reçut cet avertissement, mais elle était sûre de sa force et elle décida de rester. Les plus grands héros de l'époque ont combattu contre les morts-vivants, sans jamais vaincre complètement. Après avoir détruit Lordaeron et croqué les hauts-elfes au passage, le Fléau attaqua Dalaran, pour y dérober un grimoire magique nécessaire pour invoquer le seigneur démon Archimonde. Archimonde rasa Dalaran, et avec ses cohortes de démons il détruisit ce qui restait des royaumes du Nord.

Nouveau Monde
C'est alors que l'Alliance reçut à nouveau l'avertissement que nul ne pouvait vaincre le Fléau. Cette fois les humains écoutèrent. Menés par une magicienne de Dalaran, Jaina Portvaillant, des milliers de survivants des royaumes de Lordaeron prirent la fuite à travers la grande mer. Ils partaient pour ne plus revenir, et laissaient les royaumes aux démons, pour vivre en Kalimdor, les terres de l'ouest. Quand les fuyards arrivèrent en Kalimdor, ils furent avertis que les démons les poursuivaient et qu'il leur fallait s'allier à leurs anciens ennemis, les orcs, pour pouvoir résister. Malgré des premiers contacts plutôt difficiles, les humains s'allièrent aussi aux elfes de la nuit, ces créatures sauvages sorties des plus anciennes chroniques humaines. Le Fléau, majoritairement composé d'anciens humains, décida alors de trahir la Légion ardente. Il abandonna les démons à leur sort et retourna dans l'Est les chasser des terres conquises sur les vivants. A eux tous les nouveaux alliés parvinrent à arrêter Archimonde en Kalimdor (en le tuant), et à repousser la légion ardente. Il n'y a plus qu'à attendre la prochaine invasion...

Situation actuelle
Les membres de l'Alliance qui avaient survécu à la Légion ardente et au Fléau n'avaient pas tous fui vers Kalimdor, et certains essayèrent de reprendre le contrôle de leurs terres ancestrales. La résistance s'organisa autour des humains, les chefs de guerre traditionnels. Hormis le royaume de Gilneas, dont on n'a toujours aucune nouvelle, tous ceux qui avaient quitté l'Alliance y revinrent. Ils eurent cependant du mal à retrouver leur place (les elfes de sang, en particulier). Les humains prenaient mal que leurs voisins viennent profiter de leurs capacités militaires sans rien donner en retour. Pendant une bataille, les elfes de sang s'allièrent à un groupe de nagas, des ennemis de l'Alliance. Ils furent tous condamnés à mort, et depuis elfes et humains se considèrent réciproquement comme des traîtres. Il faut signaler que le seigneur Garithos, grand maréchal de l'Alliance à l'époque, était contrôlé mentalement par un des derniers démons présents en Lordaeron. C'est une ancienne générale elfe, devenue un mort-vivant (Sylvanas Coursevent) qui libéra Garithos du contrôle des démons. Elle avait besoin d'un allié pour chasser les démons de l'ancienne capitale. Les humains n'aimaient pas les morts-vivants, qui étaient des créatures maudites et dégénérées à leurs yeux. La victoire sur les démons leur sembla pourtant plus importante. Ils auraient du plus se méfier. Dès que les démons furent vaincus Sylvanas et ses troupes se jetèrent sur leurs naïfs alliés. Quelques membres de l'Alliance parvinrent à fuir, mais depuis les Réprouvés sont les cibles de l'Alliance. L'Alliance se trouva un troisième ennemi, un ennemi traditionnel : les orcs. Aveuglés par la haine, une grande flotte humaine partit du royaume de Kul Tiras, traversa la mer, et s'attaqua au orcs et aux trolls en Kalimdor. La flotte de l'Alliance finit par être vaincue, et les deux factions signèrent alors une trêve. Mais cette trêve est peu respectée de nos jours, et de nombreux affrontements ont eu lieu, en Kalimdor comme dans l'Est. Les causes sont multiples. Pendant dix ans les orcs ont ravagé Azeroth. Puis pendant dix-huit ans l'Alliance a privé les orcs de leur liberté. De part et d'autre il y a de la colère et de la méfiance. Les Réprouvés et les Elfes de sang, tous deux grands ennemis des humains, sont entrés dans la Horde. De même les Elfes de la nuit et des Draenei, grands ennemis des orcs, sont entrés dans l'Alliance.
Revenir en haut Aller en bas
crin-noir

avatar

Nombre de messages : 456
Age : 36
Localisation : Dijon
Date d'inscription : 16/05/2008

Feuille de personnage
Pseudo:
Level:
80/80  (80/80)
Classe: Chaman

MessageSujet: Re: Les humains   Ven 19 Sep - 18:55

C) Personnages importants
Les gardiens (Aegwynn, Medivh)
Nous allons tout d'abord revenir sur les membres les plus connus de l'ordre de Tirisfal, les gardiens. Chronologiquement, la première des deux est Aegwynn. Elle est exceptionnellement âgée, étant née deux à trois cent ans après la fin de l'empire. Il y a donc mille ans que cette femme reste jeune belle et puissante, grâce à la magie. A l'origine c'était une magicienne banale de Dalaran, mais la plus douée de sa génération. Elle devint donc l'élève du gardien de l'époque, qui n'était qu'un bourreau soumis au conseil de Tirisfal. Le conseil (un gnome, deux humains et trois elfes) pensait que si Aegwynn devenait la gardienne elle serait facile à contrôler, étant une femme. Grave erreur. Aegwynn mit à peine quelques années à changer les règles qui ne lui plaisaient pas. D'abord elle décida qu'elle était le chef, et que le conseil devait juste la conseiller, pas la diriger. Ensuite elle refusa l'idée de pouvoir mourir, et commença à utiliser la magie pour rester jeune. Mais ce qui devait arriver arriva : son orgueil naturel, sa quasi-immortalité et son pouvoir terrifiant l'aveuglèrent. Il y a un peu plus de huit cent ans, Aegwynn fut envoyée en Norfendre, pour y combattre des démons. Ces derniers chassaient les dragons. Elle y alla presque négligemment, et réduisit les démons en cendres. Ce qu'elle avait prévu arriva alors. Sargeras, le titan noir, maître de la Légion ardente, se matérialisa et la défia. Aegwynn était certaine que même Sargeras ne ferait pas le poids. Et effectivement elle tua le roi-démon assez facilement. Sans se poser de questions elle alla cacher le corps dans un ancien temple elfe englouti sous la grande mer. Mais c'était ce que souhaitait Sargeras. Certes le corps du démon avait été tué, mais son âme avait survécu, et Aegwynn la portait à présent en elle. Sargeras demeura en sommeil pendant huit siècles, et Aegwynn ne se rendit jamais compte de sa présence. A la fin du siècle dernier Aegwynn décida qu'il était temps qu'elle se trouve un héritier. Elle décida d'ignorer les recommandations du conseil et d'avoir un enfant pour en faire l'héritier de son pouvoir. Elle choisit froidement le plus doué des magiciens de l'époque, et une fois enceinte elle le quitta.

C'est là qu'intervient le deuxième gardien dont nous allons parler : Medivh, fils d'Aegwynn. Quand Medivh fut né, Aegwynn le remit à son père, le magicien de la cour d'Azeroth, et repartit vaquer à ses occupations. Pendant quatorze ans il n'y eut rien de spécial, mais soudain Sargeras se déclara. Il avait quitté le corps d'Aegwynn à la naissance de Medivh et il tenta d'en faire son nouvau corps. Le combat invisible entre Medivh et Sargeras fit exploser une partie de la tour de Karazhan, la demeure de son père. Ce dernier mourut dans l'explosion et Medivh fut transporté à l'abbaye de Comté-du-Nord. Il y resta vingt ans, dans le coma. Sargeras avait été trop violent, et Medivh resta ces vingt années entre la vie et la mort. Quand il se réveilla enfin c'était un homme mûr, soumis à la volonté de Sargeras. Ce dernier mis en application un plan ambitieux. Il voulait utiliser les orcs, les sauvages habitants d'un autre monde, pour détruire les humains et ainsi pouvoir prendre le contrôle du monde. Medivh contacta donc Gul'dan, le chef spirituel des orcs, et il ouvrit la porte des ténèbres, pour permettre aux orcs d'envahir Azeroth. Aegwynn réapparut alors et tenta de le raisonner, essayant même de le battre. Mais Medivh était le gardien, et il bannit sa mère en Kalimdor. Leur combat explique cependant l'état déplorable de la région qui entoure Karazhan de nos jours. Sa traîtrise finit quand même par être découverte. Medivh fut tué à Karazhan il y a vingt-deux ans. Mais comme on l'a vu la mort ne signifie pas grand-chose pour ce genre de personnes. Il est revenu il y a cinq ans. Il semble que sa mort l'ait au moins libéré de la volonté de Sargeras. En effet c'est lui qui avertit incognito la Horde et l'Alliance qu'ils devaient fuir le Fléau. En Kalimdor c'est lui qui força les différents peuples à s'allier, ce qui a permit la victoire finale sur la Légion ardente. Après la victoire, Medivh, content d'avoir racheté une partie de ses fautes, annonça qu'il allait reprendre sa place parmi les légendes du passé. Il reviendra sûrement, ce qu'on ne sait pas, c'est quand. C'est la même chose pour Aegwynn (qui est devenue l'amie de Jaina de Theramore, et sa conseillère privée). Ces gens sont tellement puissants qu'ils pourraient botter les fesses du roi-liche avec une main attachée dans le dos.

Les chevaliers (Lothar, Danath)
Comme je l'ai dit il y a quelques temps, la noblesse est primordiale pour les humains. Elle va avec le pouvoir, mais elle est plus que ça. Pour les humains, les nobles sont ceux qui exercent bien le pouvoir. La noblesse est le plus souvent héréditaire, et on doit évoquer les descendants de Thoradin, le premier empereur. Le dernier héritier direct est le chevalier Lothar, le fameux général d'Azeroth. Lothar était un grand ami du roi d'Azeroth, Llane Wrynn (grand-père de l'enfant qui porte actuellement la couronne à Hurlevent) et du célèbre magus Medivh, dont nous venons de parler. Chef des armées du royaume humain d'Azeroth, c'est lui qui a combattu les orcs quand ils se sont mis à lancer des raids sur les humains. Il appartenait aux chevaliers d'Azeroth, aussi appelés la confrérie du cheval. Cette confrérie n'existe plus aujourd'hui chez les humains. La plupart des chevaliers ont été tués pendant la première guerre, et sont devenus les chevaliers de la mort. Les rares survivants devinrent paladins. Le chevalier Lothar fut un de ces survivants. Général en chef des troupes d'Azeroth, il ordonna le repli en Lordaeron, et fut un des membres fondateurs de l'Alliance. Et il mena la contre-attaque. Les troupes de Lothar pourchassèrent les orcs jusqu'au mont Rochenoire. Là-bas, dans des circonstances troubles (certains parlent de duel, d'autres d'embuscade), le chevalier Lothar perdit la vie. Sa mort enragea tous les soldats de l'Alliance, qui se jetèrent sur les orcs et les taillèrent en pièces. La guerre était quasiment gagnée pour les humains, et Lothar reste pour tout le monde le parfait héros. En son honneur un groupe d'anciens de l'ordre du cheval fonda avec quelques guerriers et paladins un ordre appelé les fils de Lothar. Ces guerriers vivent encore aujourd'hui, le plus souvent en Outreterre. En effet, quelques mois après la mort de Lothar, les orcs revinrent par la porte des ténèbres, et l'Alliance décida qu'il fallait fermer cette porte, en la détruisant du côté orc.

L'élite des fils de Lothar, menée par le chevalier Danath Trollemort, et aidée de mages de Dalaran, de thanes des royaumes nains et des meilleurs guerriers elfes, fut chargée de l'opération. Revenons un peu sur Danath. Neveu du roi de Stromgarde, Danath est devenu un chef de guerre sans pareil dans l'Alliance. S'il y en a un qui peut prétendre être l'héritier du chevalier Lothar c'est lui. Sur Draenor les fils de Lothar purent comprendre le but de la nouvelle invasion des orcs. Ils voulaient deux objets magiques très puissants. Ils leur permettraient d'ouvrir de nouvelles portes des ténèbres. Les chevaliers décidèrent de s'emparer des objets. Ils combattirent les orcs et le grand dragon noir Aile-de-mort, mais ils finirent par être encerclés par la Horde. C'est alors que des orcs les sauvèrent. Ces orcs voulaient l'aide des chevaliers pour prendre le contrôle des clans du Nord. En échange ils donneraient le dernier objet, le livre de sorts de Medivh. Après de longs combats les chevaliers obtinrent le livre. Malheureusement les orcs l'avaient aussi lu, et ils commencèrent sur le champ à ouvrir de nouvelles portes des ténèbres. Les portes aspirèrent l'énergie de la planète et elle menaça de se disloquer. Les chevaliers décidèrent alors de détruire la porte menant à Azeroth, se sacrifiant pour que leur monde puisse rester intact. Ils ne pouvaient pas rentrer, et pendant vingt ans on les a crus morts en mission. Quand la porte des ténèbres a été réouverte, il y a huit mois, on a pourtant retrouvé les fils de Lothar dans leur forteresse, le bastion de l'honneur. Il y a vingt ans ils ont pris un autre portail. Les chevaliers revinrent avec les Naaru, peu de temps avant la réouverture de la porte. L'archimage Khadgar est resté pour apprendre à connaître ces nouveaux alliés, mais Danath commande toujours au bastion.

Les paladins (Uther, Arthas)
La lumière est la philosophie la plus représentée chez les humains. C'est une religion sans dieu, où il s'agit d'appliquer trois vertus dans ses rapports avec les autres : respect, ténacité, compassion. Malgré ce qu'on pourrait croire ce n'est pas une religion non-violente, les pratiquants ne doivent pas être pris pour des bienfaiteurs de l'humanité (pensez à la croisade écarlate). La violence est autorisée. Il n'y a que deux péchés pour la lumière : l'hédonisme (ne penser qu'à son propre bien-être) et l'altruisme (négliger son propre bien-être). Les adeptes de la lumière doivent tenir un équilibre entre les deux. La première personne que l'on doit citer ici est Uther, surnommé le porteur de lumière. Ancien prêtre de la lumière, il devint le premier paladin, lors de la deuxième guerre contre la Horde. Chef de l'ordre de la main d'argent, Uther a combattu avec Lothar pendant toute la guerre, mais contrairement à son camarade il a survécu. Il a été envoyé avec ses paladins dans les Paluns. Là-bas les derniers orcs s'étaient regroupés, grâce à leur maîtrise des dragons. Quand l'Alliance parvint à isoler les orcs des dragons Uther et ses hommes leur tombèrent dessus et les écrasèrent. Ce fut le dernier acte de la guerre pour la main d'argent. Uther et ses hommes redevinrent des prêtres quand la paix revint, et la main d'argent fut transformée en un ordre de parade. On sait qu'Uther est intervenu pour sauver la vie du paladin Tirion Fordring, coupable d'avoir attaqué l'Alliance quand il a libéré l'orc Eitrigg. Tirion fut simplement radié de l'ordre et banni de l'Alliance. Les paladins ne reprirent du service que quand les orcs s'évadèrent des camps d'internement et semèrent des troubles en Lordaeron. Uther traqua les orcs et parvint même à en capturer certains. Quand le Fléau apparut dans les terres du nord, la majorité des paladins était occupée avec les orcs mais quand l'étendue du désastre fut connue ils furent rappelés d'urgence. La bataille d'Atreval fut un grand fait d'armes des paladins. Ils apprirent que les gens qui consommaient du grain infecté mourraient et revenaient sous la forme de monstres. Les paladins ne purent rien faire. Et à Stratholme, la plus grande ville de Lordaeron, les paladins refusèrent de massacrer la population, qu'ils savaient pourtant infectée. Uther refusa tout net, indigné qu'on puisse leur demander une telle chose. Ce qu'il gagna c'est d'être relevé de son commandement. La plupart des paladins (l'exception étant la croisade écarlate) quittèrent alors l'armée royale et rentrèrent à Lordaeron faire leur rapport. Après la mort du roi de Lordaeron le chaos s'installa dans le royaume. La main d'argent resta une des dernières forces stables du royaume, et Uther se retrancha dans Andoral, pour y garder l'urne funéraire du roi. C'est là-bas qu'il trouva la mort, il y a six ans, submergé par les forces du Fléau. Son tombeau est toujours là-bas, et tous les ans une célébration rappelle sa mémoire, pendant la fête des moissons.

Un autre humain doit absolument être cité, car c'est un des plus connus de nos jours. Je parle d'Arthas Menethil, ancien prince héritier de Lordaeron, mais également actuel roi-liche. Tout petit il a fait la connaissance de Jaina Portvaillant, et pendant de nombreuses années le jeune couple a été un sujet de conversation très en vogue en Lordaeron. Mais Jaina est entrée au Kirin Tor, tandis qu'Arthas est devenu chevalier de la main d'argent, et ils se sont éloignés l'un de l'autre. Arthas devint l'élève du fameux Uther, le porteur de lumière. Quelques années plus tard une épidémie se répandit dans le Nord. Arthas fut envoyé enquêter sur cette épidémie. Il découvrit que cette épidémie était en fait un complot, et alerta Uther. Dépassé par les événements et pourri d'orgueil, Arthas paniqua. Malgré l'arrivée de son maître, Uther, il commença à s'enfoncer dans la folie. C'est à Stratholme qu'il franchit le point de non-retour. La ville était infectée par le Fléau et Arthas décida de massacrer la population. Ses amis, en particulier Uther et Jaina, trouvèrent sa décision inhumaine et cessèrent alors de le suivre. Seules les troupes de l'armée régulière restèrent avec Arthas, qui partit en Norfendre essayer de détruire la source du Fléau. Sur place il mentit à son armée, pour éviter qu'elle l'abandonne. Sa guerre sainte s'acheva cependant mal pour lui. Il sacrifia tout, même son âme, en saisissant la démoniaque épée Deuillegivre. Il acquis la puissance qu'il cherchait mais passa dans le camp du Fléau. Comme d'autres humains ayant perdu leur humanité, Arthas sera plus développé dans le conte qui parlera des réprouvés. Son histoire en tant qu'être humain s'arrête ici.
Revenir en haut Aller en bas
crin-noir

avatar

Nombre de messages : 456
Age : 36
Localisation : Dijon
Date d'inscription : 16/05/2008

Feuille de personnage
Pseudo:
Level:
80/80  (80/80)
Classe: Chaman

MessageSujet: Re: Les humains   Ven 19 Sep - 18:55

Les traîtres (Aedelas, Kel'Thuzad)
Vous pensez probablement que les humains sont des gens sympathiques, loyaux et courageux. Pour vous enlever cette idée de la tête je vais vous parler des pires humains que je connaisse. Si vous cherchez du côté de la Voile Sanglante, de la Confrérie Defias, du Culte des Damnés ou dans une moindre mesure dans la Croisade Ecarlate, vous en trouverez d'autres, mais ces deux-là sont les pires. Le premier s'appelle Aedelas Landenoire, un guerrier qui a combattu dans la deuxième guerre. Très brave il est devenu officier pendant la guerre (la bravoure compte beaucoup chez les humains). Et alors que la plupart des orcs avaient été vaincus et emprisonnés, c'est lui qui a trouvé Thrall, encore bébé. Une idée a germé dans son crâne : il a décidé d'élever Thrall et d'en faire un guerrier. Il n'a pas agi par bienveillance, mais simplement parce qu'il voulait que Thrall devienne le chef des orcs, et que la Horde renverse l'Alliance. Bien sûr Thrall était censé être l'esclave obéissant d'Aedelas. Le père d'Aedelas a aussi combattu pendant la deuxième guerre, mais sous la bannière du royaume d'Alterac. Comme tous les soldats de ce royaume, il a changé de camp en cours de bataille et a rejoint la Horde. Aedelas devait avoir trop bu pour comprendre ce qui se passait à ce moment-là. Toujours est-il que contrairement à son père il ne devint pas un traître. Mais toute sa vie il a souffert d'être le fils d'un traître. Sa décision de renverser l'Alliance est donc plus compréhensible quand on sait ce qu'il a vécu. Mais heureusement pour l'Alliance l'alcool était là. Aedelas était parfois si ivre qu'il faisait n'importe quoi. Et c'est ainsi que Thrall, dont il avait pourtant sauvé la vie, se lassa des auvais traitements et décida de s'évader, mettant fin au complot contre l'Alliance. L'histoire de Thrall ne sera pas détaillée ce soir, même si elle est importante. Peu avant l'apparition du Fléau, Aedelas fut cependant confronté à la rébellion des orcs. Ces derniers décidèrent d'attaquer sa forteresse (Fort-de-durn) pour que les camps cessent de résister. La forteresse fut détruite par les chamans, et Aedelas mourut de la main de Thrall. Mais son influence n'a pas disparu : son fils a rassemblé d'autres traîtres à l'Alliance au sein d'un groupe appelé le Syndicat.

Un deuxième traître doit être cité ici. Il n'a aucun lien avec Aedelas, hormis que c'est un traître. Il s'agit de l'archimage Kel'thuzad. Kel'thuzad était un très puissant magicien de Dalaran, après la deuxième guerre. Mais il fut incapable de se plier aux règles de discipline de l'ordre des mages, et il se tourna vers la nécromancie. Malgré sa puissance magique il n'obtient tout d'abord que de piètres résultats. Ce fut assez pour le faire renvoyer de Dalaran. Et alors qu'il était abandonné de tous il entendit l'appel du Roi-liche. Ce dernier lui proposa de le rejoindre et de devenir son lieutenant, en échange de grands pouvoirs, en particulier en nécromancie. Certain que le Kirin Tor était une bande de minables, Kel'thuzad accepta. Il partit pour Norfendre, pour offrir personnellement au roi-liche son allégeance. Le voyage dut long, et il arriva dans un pays ravagé, juste après le grande guerre qui a opposé le Fléau aux Nérubiens. Le roi nérubien Anub'arak lui expliqua les motivations réelles du roi-liche, mais l'archimage avait pris sa décision. Kel'thuzad trahit alors l'Alliance, et devint un des chefs du Fléau. Le roi-liche fut content de sa dernière recrue et le laissa en vie. Kel'thuzad reçut la mission de créer un ordre de sympathisants au Fléau, pour que l'autorité du roi soit sapée, sur sa propre terre de Lordaeron. Il avait de grands domaines et une grande fortune, et il fonda le culte des damnés, sous l'île de Caer Darrow. Son nom est connu de tous : Scholomance. Au début ils ne fit rien de répréhensible. Il plaça tout de même de grands chaudrons dans les champs de la région, pour répandre la maladie. Et comme c'était trop lent il contamina les réserves de grains d'Andorhal avec les germes de la maladie. Il réussit la contamination, mais il fut surpris par les enquêteurs envoyés par l'Alliance, Arthas et Jaina. Ces derniers le tuèrent sans difficulté, accomplissant la première partie de la prophétie du roi-liche.

Les sages (Rhonin, Jaina)
Le Kirin Tor est un groupe de magiciens qui se consacre à l'étude de la magie et à cataloguer les connaissances magiques. Le conseil qui dirige le Kirin Tor est sensé diriger aussi l'ordre de Tirisfal. Pendant des millénaires c'est ce groupe qui a dirigé Dalaran, la deuxième cité de l'empire humain. Bien qu'il ait toujours été loyal au pouvoir en place, il n'a jamais été vraiment populaire. Peu nombreux, les membres du Kirin Tor étaient cependant une grande puissance, et les chefs de l'Alliance disaient qu'un seul membre du Kirin Tor valait environ cent combattants normaux. C'est peut-être une plaisanterie, mais ce n'est pas sûr, car tous les magiciens dignes de ce nom sont passés par l'académie du Kirin Tor à un moment ou à un autre. Ils étaient l'élite des sorciers. Malgré cela ils ne purent empêcher la Horde de piller Dalaran pendant la deuxième guerre. Cette défaite n'empêcha pas la victoire finale, et les mages survivants devinrent la hantise des orcs prisonniers. On sait que certaines découvertes du Kirin Tor sur les orcs ont été obtenues en disséquant un spécimen vivant. L'inquiétante réputation du Kirin Tor n'est pas du tout injustifiée, comme vous le voyez. Le concile des Six, qui dirigeait alors le Kirin Tor, confia au sorcier Rhonin la mission de délivrer la reine des dragons rouges de l'esclavage des derniers guerriers orcs, dans les Paluns. Rhonin, qui à l'époque n'était qu'un jeune sorcier rebelle, parvint à remplir sa mission, et à son retour il épousa sa guide, Vereesa (une sœur de Sylvanas) et en a eu depuis deux enfants. Ses aventures ne s'arrêtèrent cependant pas là. Avec le temps il grimpa les échelons et devint archimage du Kirin Tor. C'est alors qu'il connut son aventure la plus folle, liée à une anomalie temporelle en Alterac. Il fut purement et simplement envoyé 10 mille ans dans le passé, à l'époque de la guerre des Anciens. On ne sait pas pourquoi, mais ce qu'on sait c'est qu'il a rencontré des elfes comme Malfurion ou Tyrande. Il joua un grand rôle au coté des elfes et de leurs alliés, mais visiblement les dragons de bronze ont effacé la mémoire des témoins de ce drame. La légion ardente s'en souvient certainement, cependant. A son retour il quitta le Kirin Tor pour se consacrer à sa famille, mais les mages n'étaient plus très nombreux à cause de la guerre et ils le rappelèrent. Il finit par revenir. Depuis quelques années Rhonin est donc le chef du Kirin Tor, et il est probable que la bulle qui entoure Dalaran soit son idée. On murmure aussi qu'il est un des premiers à Dalaran à apprécier la Horde.

Revenons un peu en arrière. Le précédent chef du Kirin Tor avait une élève, que nous avons déjà évoqué, Jaina Portvaillant, accessoirement la magicienne la plus douée de sa génération (quoique Rhonin, dont nous venons de parler, ne soit pas un débutant non plus). Quand le Kirin Tor fut avertit d'une épidémie dans les terres du Nord, c'est elle qui alla enquêter, avec le prince Arthas de Lordaeron. L'épidémie qu'elle découvrit c'était purement et simplement le Fléau. C'est elle qui alla avertir Uther des risques que faisaient courir le Fléau à Lordaeron, et qui le ramena à temps pour la bataille d'Atreval. Mais en son absence son ami Arthas avait commencé à devenir fou. Quand elle décida de partir, à Stratholme, le sorcier Medivh lui apparut incognito, disant une fois encore que le Fléau ne pouvait pas être vaincu. Et Jaina écouta. Après la mort du roi de Lordaeron elle rassembla un grand nombre de gens et embarqua vers Kalimdor, dans ce que l'on appelle l'expedition de l'Alliance. Sur place elle fut recontactée par Medivh, qui la persuada de s'allier à la Horde et aux Elfes de la nuit, pour repousser la Légion ardente. Bien que peu enthousiaste, elle accepta, et effectivement la guerre fut gagnée. Depuis elle garde de très bonnes relations avec Tyrande, mais aussi, de façon plus surprenante, avec Thrall. Si la trève tient en Kalimdor il est évident que ça ne tient qu'à ses efforts, à son intelligence et à ses sacrifices. Quand son père, roi de Kul Tiras, vint à la tête d'une flotte de l'Alliance pour attaquer la Horde, elle tenta de le convaincre mais sans succès : son père trouva la mort dans le conflit. Depuis Thrall lui a pardonné, mais elle a un autre sujet d'inquiétude : le roi d'Azeroth, Varian Wrynn, a disparu à Theramore, et elle craint que l'on essaie encore d'accuser la Horde.

Origines : création par les titans.
Il a été récemment découvert une race de sortes de demi-géants vikings en Norfendre, les Vrykuls. Comme les géants et les terreux, ils font partie des races originelles crées par les titans lors de la création d’Azeroth. Créatures violentes vivant pour la guerre et le massacre, les Titans les abandonnèrent. Après le départ des Titans, nombres de leurs enfants naquirent petits et malingres : le roi Ymiron ordonna qu’ils soient tous tués, mais tout le monde ne le fit pas et ils furent envoyés au Sud où ils devinrent la race humaine. Les Vrykuls existent encore, étant pratiquement immortels. Ils pratiquent une puissante magie runique et sont servis par des Worgs et des proto-dragons.
La création des humains par les Titans aux origines est confirmée par la sororité des filles de l’acier, où des femmes humaines sont capables de transformer leur peau en acier comme les nains le font pour la pierre.
Revenir en haut Aller en bas
crin-noir

avatar

Nombre de messages : 456
Age : 36
Localisation : Dijon
Date d'inscription : 16/05/2008

Feuille de personnage
Pseudo:
Level:
80/80  (80/80)
Classe: Chaman

MessageSujet: Re: Les humains   Ven 19 Sep - 18:56

Les royaumes :

- Le royaume de Hurlevent : plus grand des royaumes humains encore existant, servant sous la bannière du Lion doré sur fond bleu. C’est aussi devenu la capitale de l’Alliance et ses chevaliers, prêtres, mages et soldats ont vaillamment servis durant les trois dernières guerres. Hurlevent possède une grande population humaine, mais aussi des nains, des hauts-elfes et de toutes les races de l’Alliance. C’est un haut-lieu de croyance dans la Lumière. La lignée des rois Wrynn règne. Le territoire de Hurlevent couvre plusieurs zones, mais chacune possède son propre gouvernement démocratiquement élu qui en réfère au roi. Son territoire couvre la Marche de l’Ouest, la forêt d’Elwynn et la forêt de la Penombre.

- L’île de Theramore est aujourd’hui un royaume indépendant, et le bastion de l’Alliance en Kalimdor. Fondé après la chute de Lordaeron par Jaina Proudmoore dans le Marécage d’Aprefange par les réfugiés ayant suivi l’avis de Medhiv durant la seconde guerre, c’est une ville portuaire qui porta longtemps l’espoir des races de l’Alliance, et le L de l’alliance de Lordaeron se trouve souvent présent sur les décorations à coté de l’ancre sur un demi-soleil bleu sur fond blanc du royaume.

- Kul Tiras est une cité portuaire et un royaume maritime, comme son ancre jaune sur fond vert le témoigne. Placé entre Hurlevent et Lordaeron, à l’ouest de la côte de Khaz Modan, c’est devenu rapidement un haut lieu du commerce maritime. Sa capitale Boralus est sous les ordres de Tandred Proudmoore, et son territoire ne fut pratiquement pas touché par le Fléau. Elle continue de supporter l’Alliance, même si aujourd’hui ses côtes sont menacées par les nagas.

- Dalaran est une cité-état magiocratique dirigée par le conseil des 6 du Kirin-tor basé dans les montagnes d’Alterac. Son symbole est un œil doré sur fond violet. Membre fondateur de l’Alliance, un des 7 royaumes originaux de l’Arathor, aujourd’hui Dalaran as quitté l’Alliance pour devenir indépendante et se téléporter en Norfendre, bien qu’elle reste alliée à cette dernière.

- Stromgarde : jadis un royaume puissant dans les Hautes-terres Arathi, au symbole du gantelet de fer, aujourd’hui en ruine. Stromgarde sa capitale, construite sur les ruines de la précédente nommée Strom, est seulement en partie contrôlée par l’Alliance au nom du prince Galen Trollbane : le reste est au mains du Syndicat et des ogres. La cité fut détruite par la Horde durant la seconde guerre. Elle résista néanmoins au Fléau.

- Gilneas : jadis connue pour son vin pétillant, le royaume de Gilneas ne fit pas partie longtemps de l’Alliance. Il ne rejoignit celle-ci qu’à la fin de la 2e guerre et la quitta à la défaite de la Horde, avant que son seigneur Genn Barbegrise ne fissent construire un immense mur pour se séparer du reste des royaumes humains, créant une grande séparation entre sa péninsule situé au sud de la forêt des pins argentés et le Fléau. Vivant aujourd’hui comme royaume indépendant en autarcie, on ne sait pas grand-chose de son état actuel. Durant la seconde guerre ses armées étaient parmi les plus nombreuses qui soit. Son symbole est une sorte d’éclair stylisé rappelant un T avec une cédille en dessous. La couleur du royaume est le noir.

- Lordaeron : plus grand royaume humain parmi les 7 qui naquirent de la chute d’Arathor, il était dirigé par la lignée des Menethil. Il offrit refuge aux gens de Hurlevent durant la 1ere guerre, avant de fonder l’Alliance de Lordaeron durant la 2e et de succomber au Fléau durant la 3e. Son étendard était un L recourbé avec trois pointes à l’avant et une croix le surmontant dont le pied traversait tout le L bleu sur fond blanc. Son territoire couvrait les maleterres de l’ouest et de l’est, les clairières de Tirisfal, la forêt des pins argentés, les contreforts de Hautebrande, une partie des montagnes d’Alterac et du Lordaeron du nord. Du royaume en question reste les villes de l’Alliance de Austrivage en Hautebrande, Strahnbrande en Alterac et Bois-du-bûcher et le moulin de l’ambre dans la forêt des pins argentés.

- Le royaume d’Azeroth est l’ancien nom du royaume de Hurlevent. Jadis contrôlant totalement tous ses territoires, sa capitale, Hurlevent fut détruite durant la 1e guerre, et reconstruite en tant que la Nouvelle Hurlevent, avant de devenir la cité de Hurlevent et que le royaume devienne le Royaume de Hurlevent.

- Le Bastion de l’Honneur n’est pas tout à fait un royaume, mais est trop indépendant pour être une subdivision d’un autre. Dirigé par Danath Trollbane, c’est le bastion de l’Alliance dans la Péninsule des Flammes Infernales et sa première base dans l’outreterre. Fondé par les restes de l’expédition de l’Alliance des Fils de Lothar durant la seconde guerre, maintenant l’Alliance y envoie des renforts pour se battre sous la bannière des ailes dorées encadrées de bleu sur fond doré.

- Le royaume d’Alterac n’est plus, son territoire maintenant contesté par la Horde, l’Alliance, les ogres et le Fléau. Jadis le plus petit des royaumes humains issus de l’Arathor, le seigneur Perenolde trahit l’Alliance pour la Horde durant la 1ere guerre. Son royaume fut annexé en partie par Hurlevent. Son symbole était un phénix a coté de 4 étoiles, et sa couleur l’orange.

- Arathor fut jadis le grand empire humain qui contrôla la plus grande partie des royaumes de l’Est, avant que le tout se divise en 7 royaumes : Dalaran, Kul tiras, Azeroth, Stromgarde, Alterac, Gilneas et Lordaeron. Le royaume fut le premier as s’allier aux Hauts-elfes de Lune d’Argent contre les trolls sous le roi Thoradin, qui fit construire le mur du même nom entre Hautebrande et Arathi. Des survivants de Stromgarde ont fondé la ligue d’Arathor pour reprendre le bassin d’Arathi. Leur tabard est jaune avec un soleil surmontant une série de dolmens en cercle. Ils s’opposent aux profanateurs dans la région.

Les humains sont souvent décrits comme obsédés par la gloire. On le dit souvent trop zélés dans leur croyance en la Lumière, parfois arrogant et trop tourné vers le triomphalisme. Les humains aiment l’ordre et vivent dans des communautés, du village à la ville, et ne comprennent pas les croyances dans la nature des Taurens et des Elfes de la Nuit. Les humains vivent selon un système féodal dans la plus grande majorité, même si un système limité de démocratie existe dans les cités du royaume de Hurleven et que Dalaran soit une magiocratie.
Les humains possèdent un grand désir pour le pouvoir, et nombres d’organisations criminelles ou maléfiques comprennent des humains : bandits, pirates, culte des damnés…

Noms :
Masculins : Merander, Gyram, Darrick, Hebry
Féminins : Lilla, Merian, Richelle, Ammi.
Noms de familles : Renn, Gardeville, Forgeargent, toucherunes. Les noms de familles humains sont souvent des patronymes hérités de parents ou portant l’emphase sur une caractéristique de la personne.

Les humains pratiquent toutes les formes de magie et la technologie. Ils sont très doués dans tous les domaines et capables d’accomplir des exploits et de réaliser des chefs d’œuvre durant leur courte espérance de vie, mais ils ont tendance à favoriser le pratique sur l’esthétique. Les humains peuvent rejoindre pratiquement n’importe quelle profession. Ils ont développé des talents dans tous les domaines et sont réputés pour leur adaptabilité.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les humains   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les humains
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Clan Ginnalka :: World Of Warcraft :: Salon :: Art & Création-
Sauter vers: